Le groupe

 

En 2012, Quintessence voit le jour suite à la rencontre de cinq jeunes musiciens alors étudiants dans différents conservatoires belges. Passionnés à la fois de musique classique, jazz et du monde, ils décident de créer leur propre univers et de briser les frontières musicales établies. L’effectif sera composé d’un piano, d’un accordéon, d’un violon, d’un violoncelle et de percussions classiques et du monde. Le concept est enthousiasmant, les idées fusent et les jeunes artistes se mettent au travail, revisitant des compositeurs allant de Satie à Piazzolla en passant par Stravinsky et Mederos.

Leur passion : rechercher sans cesse des compositions qui les touchent et qu’ils désirent faire découvrir au public, façonnant ainsi un répertoire ouvertement éclectique. Ils réalisent des arrangements à la fois pétillants, sensuels et passionnés dans un style résolument inscrit dans leur temps. Ils n’hésitent pas à se jeter dans l’improvisation et insérer des compositions personnelles dans leur répertoire. L’ensemble Quintessence s’est notamment produit au Music Village, à l’atelier Marcel Hastir, à la ferme de Martinrou ou encore au grand théâtre d’Arras (France). Interprétation passionnée et rigueur technique, présence et connivence sur scène et en dehors mais surtout amitié et respect mutuel sont les maîtres mots de cet ensemble !

 


 

 

Les musiciens

Thomas Engelen

A l’âge de 7 ans, Thomas débute le violoncelle sous l’œil attentif de Georges Charbonnel. Très vite il cherche à s’ouvrir à d’autres styles musicaux et s’initie à la guitare et à la basse électrique. Cette recherche constante de sonorités différentes et ce goût pour des univers musicaux très variés ne le quitteront plus. En juin 2011, il obtient son Master en violoncelle dans la classe d’Eric Chardon et Sébastien Walnier à l’IMEP. Rapidement, les concerts s’enchainent tant en musique de chambre et orchestre symphonique qu’en musique pop/rock, chanson française et musique world/jazz l’emmenant aussi bien en Belgique qu’en Allemagne et aux Pays-bas.

Fin 2012, Thomas décide de partir pour un voyage d’un an en Asie et Nouvelle-Zélande. Le violoncelle sur le dos il s’initie à une culture musicale jusqu’alors inconnue et redécouvre le plaisir de partager la musique et de présenter son instrument dans les endroits et les situations les plus inattendus. Revenu en Septembre 2013 et fort de ces expériences, il se lance activement dans la pédagogie à la fois comme animateur pour les jeunesses musicales et en tant que professeur de violoncelle et crée un projet de découverte musicale dont le but est de transmettre la musique à des personnes en difficulté.

Il décide également d’approfondir sa découverte des musiques du monde et du jazz. Il crée avec le violoniste Lorcan Fahy le duo Fahy / Engelen (musique Irlandaise) tout en continuant à s’investir au sein du groupe de jazz Okavango et collabore régulièrement avec Orchestra VIVO. Il reste cependant très actif en musique classique. Thomas est membre du quatuor de violoncelle Bassocelli, de l’octuor de violoncelle E lucevan e celli ainsi que de l’orchestre de chambre de liège. Sa rencontre avec Quintessence en avril 2014 lui permet de partager un moment musical alliant musique du monde, classique et tango.
Il est actuellement professeur de violoncelle dans les académies de Lodelinsart, Ransart et Courcelles.

 


 

Jimmy Bonesso

Né en 1991 à La Louvière, Jimmy Bonesso a suivi des études en accordéon chromatique au Conservatoire Royal de Mons (appelé dorénavant Ecole Supérieure des arts) et à l’Institut Supérieur de Musique et de Pédagogie de Namur (IMEP) par le biais duquel il obtient le diplôme d’un master didactique en spécialité accordéon et musique de chambre.  Depuis ses 7 ans, Jimmy pratique également le piano, formation qui le complète au travers de sa carrière professionnelle. Au fil des années, il eut l’occasion d’appréhender et de découvrir de nombreux styles musicaux tels que le classique, la musique contemporaine, le tango et diverses musiques du monde, la chanson française, le rock, la pop, le jazz et l’improvisation en tout genre. Il se passionnera pour la composition dès ses 11 ans et composera de nombreuses fois pour le théâtre, pour la bande originale de « Chat Noir » (un court métrage réalisé en collaboration avec le percussionniste Max Charue),  ainsi que pour de nombreux autres projets.

Il eut l’occasion de jouer en soliste avec l’Orchestre Royal de Chambre de Wallonie en compagnie du guitariste Patrizio Perruchi, au sein de l’Orchestre Ars Lyrica pour la comédie musicale « Un Violon sur le Toit » dirigée par Patrick Leterme et auprès du saxophoniste Pierre Vaiana, entre autres. Il parcourra diverses scènes telles que les Nuits Musicales de Beloeil, le Studio de Flagey ou le Cirque Royal de Bruxelles, ainsi que de nombreuses salles en Pologne, Italie, France et Belgique. Et depuis 2012, il suit également plusieurs échanges avec la chanteuse et performer londonienne Rajni Shah.

A présent, Jimmy joue en tant que pianiste dans Quintessence, un groupe mélangeant musique du monde, classique, tango, et avec lequel il crée un premier album en juillet 2015. Il forme un duo accordéon-trompette avec Antoine Dawans appelé Dawans-Bonesso Project, projet en collaboration avec le chanteur ThomC et le clarinettiste/saxophoniste Antoine Lissoir. Il est claviériste dans un groupe de reprise du chanteur Sting: The Soul Cages, pianiste et accordéoniste au près de la chanteuse Muriel d’Ailleurs et il collabore actuellement avec plusieurs comédiens pour la création de projets associant musique et théâtre.

 


 

Silvia Bazantova

Issue d’une famille de musiciens tchèques émigrés en Espagne, Silvia Bazantova commence la musique à l’âge de 6 ans. Après ses études de violon et piano au Conservatoire « J.S.Bach de Sagunto », elle continue son parcours de violon au Conservatoire Supérieur « Joaquín Rodrigo de Valencia ». En 2011, elle décide de poursuivre ses études en Belgique en tant qu’étudiante Erasmus dans la classe de Igor Semenoff et Daniel Rubenstein au Conservatoire Royal de Mons. C’est à partir de ce moment qu’elle se passionne pleinement pour la musique de chambre et intègre divers groups tels que “Quintessence” et “La Fête Étrange”, ensembles avec lesquels elle se produit régulièrement en Belgique et à l’étranger ( Festival de Wallonie, Music Village, Festival Midis Minimes, Art Base, Festival « Les Inouïes » à Arras, Boabop Théâtre, Festival Courants d’Air, Côté Cour/Côté Jardin…).

D’autre part, Silvia collabore régulièrement avec plusieurs orchestres symphoniques. Grâce à l’Orchestre Mondial, elle s’est produit en tant que premier violon à “l’Al Bustan Festival” au Liban ainsi que dans les auditoires de Durban, Cape Town, Madrid, Zaragoza et Castellón. Dans le cadre de “Mons et Pilsen 2015”, elle part 10 jours en Tchéquie en tant que concertmeister pour participer à la création de « The Five Rivers », cinq mouvements symphoniques composés spécialement pour l’occasion.

Imprégnée depuis son enfance par la musique folklorique tchèque et passionnée des musiques du monde et du jazz, Silvia travaille depuis sa jeunesse l’improvisation et compose ses propres chansons violon/piano/voix qu’elle interprète elle même. Et elle suit actuellement des cours de piano jazz chez Nathalie Loriers à Bruxelles et joue sur un violon de 1934 fabriqué par le maître luthier Collin Mezin.

 


 

Max Charue

Tout petit déjà, en Belgique, Max Charue « percute tout » ! Heureusement pour ses parents, à 7 ans, il tient enfin ses premières baguettes. Il se forme au Conservatoire de Charleroi durant ses études secondaires avant d’être reçu au Conservatoire Royal de Mons en 2010 dans la classe de Gilles Ansciaux et d’Eléonore Cavaliere.

3ème lauréat au concours de percussions Axent au Luxembourg en 2009, il obtient un Premier prix au Dexia Classics l’année suivante. C’est lors de ce concours que Max Charue fait la connaissance de la marque de Percussions Bergerault avec laquelle il est désormais partenaire.

Féru de voyages et de rencontres, il suit régulièrement des masterclasses en Belgique et à l’étranger. Notamment avec les membres de Percuduo (Philippe Limoges et Damien Petit-Jean) ainsi que d’autres professeurs de conservatoires nationaux français. Il fréquente également des personnalités comme Mark Ford (North Texas), Franz Schindbeck, Rainer Seegers (Berliner Philarmoniker) ou encore Renato Martins (Brazil).

Influencé par le jazz et les musiques traditionnelles, il exploite au sein de son groupe Quintessence depuis 2012 les sonorités des instruments exotiques (udu, cajon, derbouka, sansula, ocean drum, etc.) en tant que percussionniste du monde. De plus, il fonde à l’aide de trois musiciens le quatuor AkroPercu, se découvrant comédien dans l’âme dans un spectacle d’humour musical.

Par la suite, Max Charue se spécialise au Conservatoire de Strasbourg avec Denis Riedinger, Stephan Fougeroux mais également Emmanuel Séjourné avec lequel il approfondit l’étude des claviers de percussion (marimba et vibraphone).

Max Charue joue régulièrement aux côtés de l’ensemble Les Agrémens (sous la direction de Guy Van Waas), l’Orchestre Philharmonique Royal de Liège, l’Orchestre Royal de Chambre de Wallonie (soliste en 2014), l’Ensemble ON au Festival Loop VI, le Wind Band du Juillet Musical d’Aulne (soliste en 2015) et a fréquemment l’opportunité de créer différents pièces de compositeurs internationaux en musique contemporaine.

De retour en Belgique, il se tourne vers la composition à Arts² dans la classe de Claude Ledoux. Tout récemment, Max Charue a gagné le concours Classic Academy 2015 de l’Orchestre Philharmonique Royal de Liège en remportant le Premier Prix et le Prix du Public. Il jouera à nouveau à leurs côtés en juin 2016 un Concerto pour Percussions (création mondiale) de Gwenaël Grisi. Enfin, il jouera en mars 2016 un récital solo à la Chapelle Musicale Reine Elisabeth.

 


 

Pauline Oreins

Très vite en contact avec le monde de la musique, Pauline Oreins commence le piano et les claviers de percussion à l’âge de 5 ans avec sa maman, Geneviève Ribant. Elle poursuit sa formation avec Orit Ouziel pour le piano et débute l’accordéon avec Philippe Haccardiaux. A 15 ans, elle entre au Conservatoire Royal de Mons avec le statut « Jeune talent » dans la classe de Dalia Ouziel. Elle effectue son Master dans la classe de Jean-Michel Dayez et Hans Ryckelynck, et bénéficie régulièrement des conseils de Kornelia Ogorkowna. Elle se perfectionne actuellement à la Haute Ecole de Musique de Genève en Master Concert, option musique de chambre. Elle a participé à de nombreux concours aussi bien en soliste qu’en musique de chambre (Dexia classics, Concours international Epta, Grétry, Kaufmann, Jmusiciens, le concours de Lille pour le piano, de Roubaix pour l’accordéon, etc.). En 2011, elle entre à l’Institut de musique et de pédagogie de Namur (IMEP) chez Christophe Delporte pour l’accordéon, où elle effectue ses deux premiers baccalauréats. Elle poursuit actuellement son cursus au Conservatoire royal de Mons dans la classe de Manu Comté.

 Pauline Oreins a eu la chance de jouer en soliste avec l’Orchestre de Chambre de Wallonie (notamment lors des Musicales de Beloeil 2014), d’interpréter entre autre »Pierrot Lunaire » de Schoenberg au sein de la classe d’orchestre du Conservatoire Royal de Mons, de jouer en quatre mains avec Frank Braley et d’accompagner la chanteuse Jodie Devos (2e prix du Concours International Reine Elizabeth 2014) pour une série de concerts (Flagey, Ferme du Biéreau, Salle Philharmonique de Bruxelles, …).

Elle se passionne tout particulièrement pour la musique de chambre. Elle forme un duo avec le contrebassiste Adrien Tyberghein et fait partie de l’ensemble Quintessence qu’elle a fondé en 2012 et avec lequel elle se produit régulièrement en Belgique et à l’étranger (Music Village, La Samaritaine, Cellule 133a, Boabop Théâtre, Festival « Les Inouïes » à Arras, Parcours d’artistes de PronfondsArt, Art Base …). Passionnée également par le mélange des arts, elle est à la base de la création collective P comme piano, spectacle réunissant théâtre, musique et photographie.